Temps de lecture : 7 minutes

Quel choix de formation et pour quel métier !?

Il en existe une multitude…

Il y a les formations qui vous emmèneront vers des métiers très prenants : l’E-commerce, par exemple. L’e-commerce avec la gestion des stocks produits, la relation clients, les retours produits, la publicité, etc. Dans l’e-commerce, il y a le dropshipping. Pour cette activité, pas de gestion de stocks, c’est le principal avantage. Mais il y a un inconvénient majeur : la difficulté de gérer les délais de livraison, car vous n’en êtes pas maître.

Il y en a d’autres qui nécessiteront un énorme travail en amont (affiliation, sites de niches, Kindle publishing) et une simple action de maintenance par la suite. C’est ce qu’on appelle sur le web « les revenus passifs ».

Alors, à ce sujet, je souhaite attirer votre attention sur un point précis : LE REVENU TOTALEMENT PASSIF N’EXISTE PAS ! À un moment ou à un autre, il vous faudra bosser Comment choisir une formation en ligne ? 1

Je vais tenter de vous décrire au mieux les différentes formations qui existent et les métiers auxquels elles donnent accès.

Je ne vous en présente qu’un échantillonnage et ne manquerai pas d’étoffer ma sélection au fil du temps. Ce que je peux cependant vous en dire, c’est qu’il n’y a pas de formation « miracle », quelle que soit celle que vous choisirez, il vous faudra, travailler (beaucoup !), faire des erreurs (souvent), connaître l’échec (parfois…), avant de pouvoir envisager votre changement de vie.

Avant même de choisir une formation vers un futur métier, une future spécialisation, il y a une question essentielle à se poser : « Combien suis-je prêt à investir ? »

En effet, acheter des formations pour apprendre, ce n’est pas un dépense, c’est un investissement.

Cependant, ATTENTION ! Il ne s’agit pas uniquement « d’investir » de l’argent, c’est avant tout « investir » sur soi-même. VOUS INVESTIR !

  • Vous investir dans votre travail
  • Vous investir en terme de persévérance
  • Vous investir en termes d’état d’esprit et de motivation

Bref, vous investir dans votre réussite future. La notion d’argent n’est qu’une des variables d’ajustement. L’acte d’achat de la formation en lui-même ne fera pas de vous un expert en la matière.

C’est le travail qui sera la constante de votre évolution vers votre réussite, votre succès vers votre indépendance financière.

Lorsque vous achetez un roman, vous connaissez l’histoire dans les grandes lignes avant l’achat, mais c’est seulement lorsque vous aurez pris la peine de le lire que vous connaîtrez l’histoire dans son intégralité, avec ses scènes de suspense, vos déceptions lorsque le héros est menacé ou est en danger. La  joie que vous ressentez lorsque le héros redresse la situation et vient à bout de ceux qui l’ont mis en échec auparavant. Et aussi, vers la fin, le dénouement de l’histoire lorsque le héros sort victorieux de ses aventures et entame sa longue marche vers le succès.

Eh bien, dans votre cas, c’est la même chose. Sauf que le héros, c’est vous ! C’est à vous de choisir votre aventure.

Alors, quelles sont-elles ces aventures possibles ? Je vais tenter de vous énumérer les principales possibilités de choix, en commençant par la plus répandue, le dropshipping.

L’activité la plus répandue, celle qui a connu un développement exponentiel ces dernières années. C’est apparemment la plus facile à mettre en œuvre, celle qui nécessite le moins d’investissements en termes financiers (mais pas nécessairement en termes d’investissement personnel, de temps…).

Mais au fait, le dropshipping, c’est quoi au juste ?

Oberlo

Courtoisie OBERLO, l’une des plateformes centrales d’achats les plus connues en dropshipping

Simple ! C’est l’action de mettre en relation un fournisseur avec un client, et de prendre sa marge bénéficiaire entre les deux.

J’explique : vous êtes passionné par les bijoux (par exemple) Vous allez fouiller le web pour trouver les meilleurs fournisseurs de bijoux, faire une sélection de produits avec un rapport qualité/prix correct et mettre ces produits en vente sur votre boutique. Lorsqu’un client verra ce produit sur votre boutique et décidera de l’acheter, vous commanderez ce produit à votre fournisseur qui le livrera directement à votre client.

En clair, vous ne verrez jamais le produit si vous ne commandez pas vous-même un échantillon pour le voir. Alors, un conseil : si vous décidez de vous essayer à cette activité, commandez TOUJOURS un échantillon afin de vous assurer de la qualité du produit. Il y a eu dans le passé beaucoup de « je m’en foutisme » de la part des dropshippers (vendeurs en dropshipping). Nombre d’erreurs ont été commises, qui ont contribué à donner à cette activité une image un peu sulfureuse.

C’est dommage, car si cela est pratiqué correctement, c’est une activité tout à fait honorable qui peut même être très rentable à terme. Vous savez, quand vous regardez le télé-achat à la télévision, ce n’est rien d’autre que du dropshipping. Vous commandez, la boutique télé-achat encaisse votre paiement, elle commande ensuite au fabricant ou au grossiste qui vous livrera directement, sans que les produits commandés ne passent jamais par d’éventuels entrepôts de la chaine télé. Pas bien compliqué !…

Le dropshipping made in ChinaContainers import-export, commerce international, dropshipping

Cependant, il existe une croyance selon laquelle tout commerce en dropshipping doit forcément passer par la revente d’articles en provenance de Chine via des plateformes comme ALIBABA ou ALIEXPRESS.

Alors, c’est vrai que c’est le plus fréquent, car pour les nouveaux venus, c’est la solution de facilité. Cela dit, « provenance de Chine » ne signifie pas obligatoirement « produit de m***e » ! Il existe d’excellents fournisseurs de très bons produits en Chine. Le tout est de savoir les sélectionner.

Cela dit, on peut faire du dropshipping avec des entreprises locales. Vous connaissez certainement sur votre secteur un confiseur, un chocolatier, un ébéniste, un fabricant de fleurs séchées, d’objets de décoration ou encore tout type d’artisanat de qualité dont votre région regorge.

Ces gens-là sont en général maître dans leur art, mais souvent ne comprennent rien au commerce sur internet. Pourquoi ne pas allier vos compétences mutuelles ? Le savoir-faire allié au savoir-vendre, voilà qui peut constituer un partenariat gagnant/gagnant.

Tout le monde se rue sur le dropshipping de produits à bas prix et à forte marge. Démarquez-vous, ne suivez pas le troupeau. La réussite réside aussi dans l’originalité.

C’est sûr, en pourcentage de marge, il est difficile de faire mieux que « l’import from China ». Mais je me rappelle d’une phrase que prononçait souvent mon prof d’économie :

« N’oubliez pas que ce que vous remettez en banque, ce ne sont pas des pourcentages, c’est de l’argent ! »

Une marge énorme sur un chiffre d’affaires ridicule ne vous enrichira pas. En revanche, vendre des produits de qualité à forte valeur et négociés de gré à gré auprès d’un artisan avec lequel vous aurez noué de saines relations en termes de négociations débouchera sur un véritable partenariat et vous assurera un business pérenne.

Les avantages du dropshippingEuros engrenage

  • Pas de stock.
  • Pas de gros investissement. Prévoir juste une trésorerie minimum que j’évalue entre 200 et 500 € afin de financer la location de la plateforme (Shopify, Dropizi ou autre) et les premiers achats.
  • Activité peu chronophage. Lorsque la boutique est en ligne, deux heures par jour suffisent pour rechercher et intégrer de nouveaux articles, gérer les retours, planifier la publicité, observer la concurrence, etc.
  • Activité rentable rapidement si on choisit le bon créneau.

Femme épuisée par un travail difficileLes inconvénients du dropshipping

  • La gestion des retours, assez aléatoire. D’où l’intérêt de vendre de la qualité !
  • La période test pendant laquelle on se cherche un peu..
  • L’organisation à acquérir
  • Le manque de maîtrise des délais de livraison (handicap majeur lorsqu’on travaille avec des fournisseurs éloignés).
  • La mauvaise réputation due aux vendeurs peu consciencieux qui ont inondé le marché de produits de mauvaise qualité et ont déçu la clientèle par leur manque de sérieux.

 

La mauvaise pressePile de journaux

Cependant, il y a des arguments négatifs que j’ai lus dans la presse nationale et qui m’ont un peu énervé. Le dropshipping y était décrit comme une arnaque où des vendeurs « peu scrupuleux » (dixit) abusaient leurs clients en leur revendant cher des produits qu’ils avaient eux-mêmes acquis pour trois fois rien.

Ça, c’est un raisonnement stupide ! N’est-ce pas le but de tout commerce que de revendre avec une marge un produit acheté à un prix inférieur ? C’est la base même du sens des affaires ! Rien n'empêche le consommateur final de s’informer, d’aller fouiller le web à la recherche du produit convoité et de l’acheter pratiquement au prix de gros. Seulement, ce serait négliger le service fourni en amont : le sourcing, la négociation, la mise en place du produit sur site, la rédaction des fiches de vente, le marketing, etc.

 

Cette description du dropshipping n’est bien sûr pas exhaustive. J’y reviendrai dans de futurs articles pour suivre le développement de cette activité. Notamment la possibilité de s’affranchir des plateformes en construisant soi-même son propre site e-commerce avec un outil comme WordPress et en y adjoignant des plugins (extensions) permettant d’élaborer une boutique en ligne digne de ce nom. Il y a d’ailleurs un excellent article de mon ami Maximilien LABADIE sur le sujet. Vous pouvez en prendre connaissance ici. Il recèle une mine d’informations et d’idées sur le sujet !